Lorsque vint le temps des hymnes, il y eut un moment d’hésitation. Émilie chuchota quelque chose à Lisa puis finit par s’avancer, le visage fermé. Les autres échangèrent un bref regard avant de suivre leur préfète. D’un geste, ils pointèrent leur baguette sur leurs lèvres pour amplifier leur voix.
Les yeux du public se braquèrent sur les Crocs-de-Nuit lorsqu’ils commencèrent enfin à chanter.

La lune s’élève dans la nuit,
Une louve se réveille sans un bruit.
Au cœur des forêts, elle vit cachée,
L’ombre est devenue sa liberté.

Nous étions perdus et isolés,
Mais elle nous a rassemblés.

Dans l’obscurité, naît la Lumière
Nous sommes solidaires.
Rien ne nous effraie, tant qu’on est unis,
Nous… Les Crocs-de-Nuit.

Musique : A Song of Ice and Fire (Game of Thrones)

Partager :
Temps de lecture : 1 minute(s)

Je m’appelle Louna Nocturis, et voici l’histoire de la maison Crocs-de-Nuit.
Mon histoire.

Je n’ai pas eu une enfance facile, comme la plupart des sorciers de notre temps. Lorsque mes parents ont compris que je n’étais pas comme les autres, ils ont commencé à avoir peur de moi. Et lorsque je suis devenue ce que je suis aujourd’hui, ils m’ont tout simplement abandonnée.

C’était un après-midi comme les autres. Ma mère et moi avions l’habitude d’aller cueillir des fraises des bois dans la forêt, aux abords de Carcasso, et j’adorais me cacher derrière les arbres pour lui faire peur. Mais ce jour-là, à trop vouloir jouer, j’ai fini par me perdre.
Lorsque la nuit est tombée, j’ai eu le sentiment que quelque chose m’observait. Mon intuition était bonne. Une monstrueuse créature a surgi devant moi et a planté ses crocs jaunes dans ma gorge.
J’avais seulement cinq ans, et j’étais déjà condamnée.

Je ne sais pas comment j’ai survécu à cette nuit. Mes parents étaient parvenus à me retrouver et avaient recousu ma blessure, mais mon cou allait garder une cicatrice pour toujours.
Chaque nuit, je faisais d’horribles cauchemars et me réveillais en sueur. Les journées étaient pires. Je me sentais faible, malade, différente. Puis tout a basculé.

Un soir de pleine lune, j’ai perdu le contrôle. Nous étions à table lorsque cela s’est produit. La viande avait un goût différent. J’avais faim. J’en voulais toujours plus. Je crois que j’étais en colère. Et j’avais mal. Très mal. Mon corps a commencé à se transformer. Mon visage s’est allongé. Mes ongles sont devenus des griffes. Ma peau s’est recouverte d’une fourrure blanche épaisse.
Je me suis tournée vers mon père, et tout est devenu noir.

Lorsque je me suis réveillée, je n’étais plus chez moi. Un vieillard m’avait retrouvée dans la forêt, inconsciente, et m’avait ramenée chez lui, dans une petite hutte au cœur de la forêt. Il avait un visage très amical, avec des cheveux grisonnants et une fine barbe argentée, mais il n’arrêtait pas de râler.
Andoral – c’était son nom – était un alchimiste qui passait toutes ses journées à préparer des potions étranges avec les herbes qu’il ramassait dans la forêt/

Quand la prochaine pleine lune est arrivée, il m’a forcée à boire l’une de ses potions. C’était horrible. Pourtant, je n’étais plus en colère. Je ne ressentais plus aucune douleur. Et lorsque je me suis transformée à nouveau, j’ai découvert le monde d’une nouvelle manière. J’étais devenue plus forte, plus rapide. Ma vue était perçante, et mon ouïe très fine.
J’étais devenue une louve, et j’adorais ça.

Pendant presque douze ans, j’ai appris à reconnaître les différentes plantes de la forêt et à fabriquer moi-même certaines potions. Andoral m’a enseigné la magie, et j’ai alors compris pourquoi les gens « normaux » avaient peur des sorciers.
J’aimais cette vie, mais on me l’a enlevée.

Un soir, des Tervinges ont frappé à notre porte. Après avoir pris le contrôle de Carcasso, ils voulaient étendre leur emprise jusque dans notre forêt.
Andoral a tenté de les repousser à l’aide de la magie, mais les envahisseurs étaient beaucoup trop nombreux. J’ai voulu le rejoindre pour lui porter secours, mais il m’a lancé un sortilège de stupéfixion pour immobiliser mon corps.

L’affrontement a duré plus d’une heure. Mon maître était épuisé, et ses adversaires en ont finalement profité pour le renverser et se jeter sur lui. Mais ils ne l’ont pas tué. Ils voulaient d’abord le faire souffrir.
J’étais folle de rage, et je sentais la colère m’envahir. Dans le ciel, la lune était pleine. Ce soir-là, je n’avais pas bu la potion qui me permettait de me contrôler. Ma transformation a brisé le sortilège qui me retenait prisonnière, et je me suis ruée sur mes ennemis.
Lorsque je suis revenue à moi, tous mes ennemis étaient morts. Andoral aussi. Dans ma rage, je l’avais tué.

Plus rien ne me retenait à Carcasso, alors je suis partie vers le nord de la France pour échapper aux Wisigoths.
Depuis ce jour, j’ai trouvé le moyen de contrôler mes transformations par la simple force de ma volonté. J’ai développé en secret mes compétences de sorcellerie et rallié à ma cause des personnes qui, comme moi, ont été rejetées pour ce qu’elles sont.

Ensemble, nous brillons dans l’obscurité.

Partager :
Temps de lecture : 4 minute(s)